Kadiatou Diabira

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Kadiatou, maman, voisine, amie, collègue, connue et aimée de tous au mois de Juin 2015. Nous ne pourrons jamais énumérer toutes ses qualités, mais sa bonne humeur, son enthousiasme, sa bonté, ont marqué à jamais notre quartier, et nous manquent pour toujours. Que ce modeste témoignage puisse constituer notre dernier hommage à femme extraordinaire.

Kadiatou Diabira est née le 1er mai 1962 à Bamako. Les mutations de son père la conduisent à habiter diverses villes du Mali, mais c'est à Ségou qu'elle passe le plus grande partie de sa vie jusqu'à son départ pour la France, le 14 juillet 1992.

Après avoir vécu quelques années à Aubervilliers, puis dans le quartier Manin dans le 19ème, Kadiatou emménage dans la cité Michelet en 2002, avec ses trois enfants. Ils partagent un F3 au 13ème étage de la rue Henri Verneuil. Ils sont un peu à l'étroit mais avec un peu de chance sa fille qui travaille se verra attribuer un logement prochainement.

Véritable figure dans le quartier, Kadi se réjouit de l'amélioration des relations de voisinage depuis les travaux de rénovation : "Maintenant qu'on a chacun notre entrée, qu'il y a moins de bousculade, les gens se respectent et se parlent beaucoup plus, on prend le thé les uns chez les autres, on s'arrête toujours pour discuter quand on se croise dans le hall, dans la rue".

Quand les amis de ses fils viennent jouer chez elle, ils se retrouvent souvent à 10 enfants dans l'appartement, ça fait beaucoup de bruit. Kadiatou râle mais elle laisse faire. Tous les enfants du quartier sont ses enfants. Très active au sein de l'association Aide et Espoir, Kadiatou anime des groupes de paroles pour les femmes et assiste les bénéficiaires de l'association dans leurs démarches administratives.

Les femmes réalisent aussi des collectes afin de financer les projets et micro-entreprise de certaines d'entre elles. Ensemble elle font la cuisine, et vendent de délicieux repas chauds pouvant rassasier jusqu'à cent personnes. Mafé malien, Poulet Yassa sénégalais, Couscous et même Chili con Carne sont au menu, et servis pendant les évènements festifs ou professionels du voisinage. Ils sont l'occasion de rencontres entre ceux qui vivent et travaillent dans ce quartier que Kadiatou aime plus que tout, où elle aimerait que tous puissent vivre dignement. "Il y a tellement de la joie ici, de la pauvreté aussi mais les choses s'améliorent, les gens sont plus heureux. Le plus dur c'est pour que les jeunes trouvent du travail, mais petit à petit ça s'améliore aussi".


Derniers Portraits